Maxime Szczepanek, violons

Il est le label manager de Vailloline. Structure de développement d’artistes (On y a vu passer des groupes aussi différents que Bärlin, Zora, ou bien encore Tony Melvil & Usmar, Esplanades, Kids From Atlas, Domitie, Stienis et le duo canadien Marla & David Célia).  

Violoniste pour Polyandres, il a pu jouer aux côtés de Thomas Bloch sur l’album de JeancristopheMa vie en rose. On le retrouve également aux côtés de Rivelaine sur scène. 

Nîm, programmations, synthés, basse, guitare électrique

S’il a fallu d’un son embrassant pour démarrer une vie de musicien, celui du violoncelle est tombé sur nîm à l’âge de 5 ans, au conservatoire de Roubaix. 

Et il allait pleuvoir des cordes ondulantes tout au long du chemin, vibrante guitare, les pieds enchevêtrés des passementeries numériques de synthétiseurs, avant de finir encastré de bonheur dans une basse

De cela, il y eut l’électro de The IMPS, produisant 5 albums sur lie de claviers, le hard folk de Mosa, l’électronica sinisante des n-Naos, pour 4 Eps et un album conviant au design sonore guimbardes, Xun, et autres Nanxiao, la pop-rock franco-saxonne de guMMa, avec un album signé sur le label européen Productions Spéciales, la progressive-pop de Tim Fromont Placenti entendue au Main Square Festival, pour « retrouver » Corde aujourd’hui. 

Un appétit ondulatoire que nîm explore également et professionnellement en tant qu’ingénieur de mastering depuis 2010.