Le duo

S’il a fallu d’un son embrassant pour démarrer une vie de musicien, celui du violoncelle est tombé sur Nîm à l’âge de 5 ans, au conservatoire de Roubaix.

Et il allait pleuvoir des cordes ondulantes tout au long du chemin, vibrante guitare, les pieds enchevêtrés des passementeries numériques de synthétiseurs, avant de finir encastré de bonheur dans une basse.

De cela, il y eut l’électro de The IMPS, produisant 5 albums sur lie de claviers, le hard folk de Mosa, l’électronica sinisante des n-Naos, pour 4 Eps et un album conviant au design sonore guimbardes, Xun, et autres Nanxiao, la pop-rock franco-saxonne de guMMa, avec un album signé sur le label européen Productions Spéciales, la progressive-pop de Tim Fromont Placenti entendue au Main Square Festival, pour « retrouver » Corde aujourd’hui.

Un appétit ondulatoire que nîm explore également et professionnellement en tant qu’ingénieur de mastering depuis 2010.

 

 

Discographie sélective : 

The Imps – Andwaranaut (1994), Impso facto (1995),
L’anneau et l’esprit (1997), Nguoi Yêu (1998)
Manvernd – Manvernd (1999)
n-Naos – Ganxiang (2005 – Cosmes),
Nous (2008 – Cosmes)
[guMMa] – Il (2005 – Seven School Sound),
Génération Clone (2007 – Productions spéciales)
TFP – Endemic Laughter (2015 – Vailloline)
Esplanades – Rebirth of Bravery (2019)
Corde – Concorde (2019 – Vailloline),
Corde (2021– Vailloline)

Tout jeune déjà, Maxime était à la recherche du gimmick, de la mélodie qui fait mouche. Celle qui raconte des histoires, celle qui puise son origine dans les forêts et les mers près desquels il vivait autrefois.  

Ces premiers émois musicaux, il les doit à Grieg, Tchaïkovski, Bizet qu’il ne délaissera jamais. A l’adolescence, le rock français tirant vers la chanson traditionnelle s’empare de lui. Le rock belge aussi (ah le rock belge, Venus… !!) Petit à petit, il délaisse sa première batterie pour son premier violon…

Puis, vient le temps de l’université, des découvertes d’Owen Pallet, Patrick Wolf, Andrew Bird, Sarah Neufeld. Honnêtement, est-ce si nécessaire de créer sa propre musique quand tout semble avoir été dit ? Et quand on ne peut pas mieux faire que ces instrumentistes géniaux ?

Plus tard, de belles rencontres donnent lieu à des moments de partage, de communion parfois. Des scènes inoubliables (Château d’Hardelot, Aéronef, Grand Mix, Théâtre de Saint Amand…). Au diable le syndrome de l’imposteur, il décide de tout livrer avec Corde.

 

On peut croiser Maxime sur scène avec Polyandres, Domitie, Rivelaine… 

 

Discographie sélective
Jeancristophe – Ma vie en rose (2012)
Polyandres – Polyandres (2017), Response Idle (2017), Just ONce (2018), My Protection (2019)

Rivelaine – Vivre libre (2019)
Corde – Concorde (2019 – Vailloline), Corde (2021– Vailloline)